[Review] La Cpop vu par « L’effet Papillon »

Par  |  3 Commentaires

Pour ce nouveau reportage sur la culture pop asiatique, c’est au tour du magazine « L’effet Papillon » de diffuser un sujet sur la Cpop (ou MandoPop, à partir de 13.50) intitulé « Chine : usines à stars ». Mais quel regard le reportage porte-t-il sur cette culture musicale ?

cpop2

 Soyons clair, je ne suis pas du tout convaincue par le message véhiculé par ce reportage. On commence bien, avec un rappel des origines de la pop chinoise, à savoir les chants patriotiques. Mais en s’attardant peut être un peu trop sur cet aspect. On nous présente un « baby-band », un gagnant de The Voice China ayant gagné avec une chanson nommée « Chine, je t’aime ». 
L’équipe du reportage s’intéresse ensuite aux
Seven Sens, considéré comme « un des tout premier groupe » Cpop. Pour info le groupe a débuté en 2012. Donc première erreur, car tout au long de ce reportage, on nous montre la Cpop comme un phénomène qui vient juste de naître, alors qu’une majorité des artistes Cpop ont débuté il y a plusieurs années, Wei Chen en 2007 par exemple.  Mais voir les Seven Sens est tout de même agréable, tout comme voir les EXO-M.

Mais ce reportage nous montre aussi les formations mises en place comme les académies de musique, prenant des enfants très jeunes, comme on peu le voir parfois en Jpop. Puis vient le moment ou le reportage consacre une partie aux EXO-M. Jusque là tout va bien. Mais on insiste encore sur le côté patriotique parfois prononcé en Chine, en interrogeant une fan très fière de voir des chanteurs chinois réussir en Corée du Sud et pensant que la Cpop a un grand avenir devant elle.

En conclusion, ce reportage possède un côté critique assez développé, mais un travail plus approfondi en amont aurait apporté une vrai qualité à ce sujet. Mais j’ai plus eu l’impression que ce reportage ce concentre plus sur le côté parfois patriotique de la Cpop. Certes, le gouvernement encourage et investit dans ce milieu, fait tout pour le promouvoir. Mais il ne faut pas oublier que la Corée du Sud en fait de même, et que cela a marché. Bref, je suis un peu perplexe face à ce reportage et je tiens a rappeler que la Cpop ne vient pas de naître et que on peut tout de même l’apprécier à sa juste valeur.

Et vous, que pensez-vous de ce reportage ?

3 Comments

  1. Linoa62

    29 avril 2014 at 10 h 13 min

    J’ai plein de choses à commenter sur ce reportage pour ma part, qui était limite hors sujet.

    Au fait je vois qu’il t’arrive de faire l’amalgame, la T-Pop n’est pas la pop chantée par des chanteurs taiwanais. C’est la pop chantée en dialecte taiwanais. Les chanteurs taiwanais qui chantent en mandarin rentrent dans le cadre de la C-Pop et de la Mandopop. La C-Pop comprend 3 sous-genres dont la Mandopop (pop chantée en mandarin), la Cantopop (pop chantée en cantonais) et la Taiwanese « T »-Pop (pop chantée en dialecte taiwanais, le Hokkien). Bref fin du petit cours barbant XD

    Sinon le reportage avait pris le parti de ne parler que des groupes chinois, d’où le fait que les artistes solo chinois ne soient pas mentionnés.

    Bref, je reviens au reportage en lui-même. Voilà le résumé qu’avait « vendu » la chaîne :
    « Usines a stars. La Chine populaire se convertit à la pop, le poison capitaliste sans poison. Pour étendre son influence et contrer celle de la K-Pop ou de la J-Pop qui trustent les charts, Pékin s’est lancé dans la fabrication de boys et girls band à la chaîne. Des visages de logiciels, des looks glam rock, une chorégraphie calibrée, la mandopop singe plus qu’elle n’innove : le brouet musical est à peu de choses près le même, standardisé mais 100% made in China. Et approuvé bien sûr par le comité de censure. »
    Le résumé sent déjà le parti pris (les groupes C-Pop pompent les groupes K-Pop voire J-Pop et ils sont aussi pourris l’un que l’autre), mais le problème pour moi c’est que le résumé ne représente en rien ce qu’on a pu voir dans le reportage…

    Déjà la Chine est loin de produire des groupes à la pelle à ce que je sache, il y en a même très peu actuellement. Et il n’y a aucune info voire enquête dans le reportage qui corrobore cette affirmation.

    « Des visages de logiciels, des looks glam rock, une chorégraphie calibrée »
    Il faut me dire où on a vu ça dans le reportage. Les Seven Sense au naturel ne faisaient pas vraiment plastiques, et leur look n’avait rien de « glam-rock ». Quant à la choré, dur de se faire une opinion sur un extrait de quelques secondes.

    Ce que je leur reproche aussi c’est qu’ils partent dans le thème « les groupes C-Pop pompent les groupes K-Pop » mais on ne laisse pas au téléspectateur le moyen de se faire sa propre opinion. On voit juste quelques secondes des EXO-M, et en plus c’est un boysband donc pas le même style qu’un girlsband. On n’en voit pas assez musicalement et côté présence scénique pour l’un comme pour l’autre pour pouvoir se dire que c’est pompé. On doit « croire » l’émission sur parole.

    Le passage des écoles de musique et des concours musicaux était intéressant, mais pour moi hors sujet vu que je m’attendais au vu du résumé à voir comment se formaient les groupes, les coulisses de leur création, ce genre de choses. Mais là, rien, à part le fait qu’il est dit à un moment que les filles comme les Seven Sense sont repérées « à la fac ».
    D’ailleurs leur producteur m’a fait rire. Comment il veut percer à l’international comme la K-Pop sans accès à YouTube ou iTunes par exemple? Et qu’elles percent déjà en Chine, les Seven Sense ont leur petit succès quand même d’après ce que j’ai lu mais c’est loin d’être un carton… J’ai l’impression qu’il a un peu « survendu » comme il recevait un média étranger. Au fait pour info la chanson du reportage s’appelle Honey, elle est sortie fin octobre 2013 digitalement.
    En parlant des Seven Sense d’ailleurs, la voix off dit d’une façon un peu ironique à un moment un truc du genre « les Seven Sense, en anglais dans le texte ». Elles ont aussi un nom chinois qui est leur nom principal, c’est juste qu’elles ont un nom de scène en anglais comme la plupart des artistes C-Pop… Ils ont occulté ça à mon avis pour faire croire que le groupe voulait se la jouer tendance et international en prenant un nom anglais.

    Au final lorsqu’on lit à travers les lignes, c’est le refrain habituel : « les boysbands/girlsbands asiatiques font tous de la soupe, ils sont tous lisses et sans aucun charisme et ils chantent des chansons gnan gnan pour les adolescentes en fleur, c’est de la mer** ». Je caricature mais c’est l’impression que ça donne.
    Le reportage était décousu, de parti pris et mal informé. Le jour où un média français fera un truc potable sur la musique asiatique il pleuvra des grenouilles XD

    PS : Ça doit être du boulot de couvrir différents genres de musique asiatique… La C-Pop et Jolin me donnent déjà bien du boulot, je me demande comment tu fais XD

    • Shinah

      29 avril 2014 at 10 h 48 min

      Désolée pour l’erreur ^^ je ne me base que sur la nationalité de l’artiste… Je suis nouvelle sur ce genre, mais merci du cours ! Mais si l’on suit ton commentaire, on voit bien que le reportage manque de travail. Ils auraient donc du parler de ce qui sort à Taïwan, et surtout préciser que ça vient pas juste de naître.
      Bref voilà, pas du tout convaincant comme travail journalistique pour moi (après je sais pas si ils eu assez de temps pour faire des recherches)

  2. Linoa62

    29 avril 2014 at 13 h 17 min

    Pas de souci, pour être franche je n’ai vraiment appris la différence qu’en lançant C-Pop World >_<
    Après l'émission au vu du résumé et de la voix off à certains passages avait dès le départ des à priori sur ce genre de musique, ils n'ont peut-être pas eu l'envie de creuser plus loin tout simplement…
    Je viens de voir que tu as aussi un Facebook, et hop un petit "j'aime" XD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *