[Interview] Le comeback de Togen (KFM Network) sur Asie Actu ! (partie 1)

Par  |  0 Commentaire

Comme promis, Togen, CEO de KFM est de retour sur Asie Actu ! Alors, où en est précisément KFM aujourd’hui ? Togen vous dit tout, ses différents projets, sa vie à Séoul, sans oublier d répondre à vos questions envoyées via Asie Actu !

1510476_750888244943111_2716741022571942878_n

KFM Network a subit de nombreux changements depuis votre dernier passage sur Asie Actu en juillet dernier… Pour commencer, pourquoi avoir installé vos bureau à Séoul ?

J’ai choisi de m’installer à Séoul parce que je suis tombé amoureux de cette ville lors de mon voyage là-bas l’été dernier. Et afin de faciliter la gestion des droits d’auteur, il était préférable d’installer notre antenne directement en Corée du Sud.

Il vous a aussi fallut vous séparer de certains collaborateurs, peut-on donc parler d’un nouveau départ pour KFM ?

C’est tout à fait le terme exact. Ces collaborateurs ont été un vrai frein à ce projet depuis des mois, cette séparation était une réelle bonne chose et depuis, l’antenne reprend vie petit à petit.

Pour quand prévoyez-vous le relancement de KFM ?

Je ne suis pas un adepte des deadline, ça nous apporte de la pression et ça nous fait bâcler le travail. Je préfère travailler sereinement et être satisfait du résultat que de finir à tout prix à telle date. En tout cas nous ferons de belles annonces lorsque la nouvelle antenne en Corée du Sud sortira !

Pouvez-vous nous décrire votre vie à Séoul ? Avez-vous eu besoin d’un certain temps d’adaptation ?

J’ai eu besoin de plusieurs semaines d’adaption. Ce n’est pas du tout la même culture. La-bas vous êtes le « foreigner »*, tout le monde vous regarde dans la rue, dans le métro, bref vous ne passez pas inaperçu et il faut pouvoir le supporter. Mais les Coréens sont tous très respectueux, ils ne vous mettront jamais mal à l’aise pour un rien. Aujourd’hui je travaille à plein temps pour KFM et ça demande un sacré taff ! Déjà pour réparer les bêtises faites ces derniers mois, mais également pour construire ma société ici. Ce sont des lois différentes des nôtres et qui demandent des actions très particulières. Le plus dur aura été de trouver ma nouvelle équipe. J’ai beaucoup de mal à faire confiance aux gens en général, il m’a fallu pas mal de choses pour me rassurer sur tout le monde. Maintenant on sort la tête de l’eau petit à petit.

* »l’étranger » (personne venant de l’étranger)

Combien de temps comptez-vous rester encore à Séoul ?

Je me suis donné 1 an pour relancer le projet et avoir une société à plein régime. Après ça, selon la situation, j’aviserai sur la manière dont se passera le projet « KFM ». Nous cherchons actuellement des investisseurs pour financer cette antenne et nous savons vers qui nous tourner pour ça.

togen

L’été dernier, vous nous parliez d’un projet de simulation d’idoles… Ce projet est-il toujours d’actualité ? Si non, pourquoi ?

Absolument pas, comme beaucoup de projets que nous devions lancer, celui-ci tombe aussi à l’eau. La raison est la même que KFM où j’ai du me séparer des mêmes « mauvaises » personnes. À force de s’entourer de personnes qui ralentissent plus que ce qu’ils ne produisent, c’est un véritable enfer de survivre. Mon erreur aura été de faire confiance à ces gens là, de leur avoir ouvert de grandes portes au sein de l’industrie musicale et de la Corée du Sud. Mon discours est assez tranché et je m’en excuse, j’éprouverai toujours un peu de remords envers les personnes que j’ai grandement aidé (socialement, professionnellement et financièrement) sans la moindre gratitude en retour. Ainsi va la vie.

Vous êtes aussi responsable du groupe Facebook de la Biscuit Family. Un projet de site web la concernant semblait être à l’étude. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Nous n’avions pas réellement de « concept » très défini autour de Biscuit Family, nous avons cette communauté qui cartonne sur Facebook et je voulais à tout prix en faire quelque chose. C’est pourquoi nous avons monté « Biscuit Factory ».

Vous avez aussi lancer il y a peu de temps la Biscuit Factory. D’où vous est venu l’idée d’un tel projet ?

Cela fait des années que je travaille avec Michael Rabaioli, le gérant de la société LDCE. Un graphiste de talent que je recommande ! Il avait lancé sa propre boutique en ligne de t-shirts il y a quelques mois et a du avorter son projet due au manque de communication et de clients. Je lui ai proposé de reprendre ce projet mais d’y associer ma marque « Biscuit » pour appuyer sa force de frappe. C’est un projet qui débute et nous avons commencé à faire quelques ventes, j’ai grand espoir qu’avec le retour de KFM cette boutique puisse cartonner !

Avez-vous d’autres projets futurs ?

Des projets personnels oui ! J’ai passé 8 ans de ma vie à consacrer toute mon énergie à des projets professionnels. J’ai très peu pris soin de moi et de mon entourage à cause de ça. Mais pour l’instant mon objectif est de faire cartonner KFM, j’y mets toute mon énergie.

Un dernier mot ?

Je suis très heureux et très touché des messages de soutien que je reçois, c’est le plus beau des cadeaux qu’on puisse me faire. Quand on passe des années à travailler sur quelque chose, y mettre toute son énergie et son argent, et voir que ce projet plaît réellement et qu’on souhaite nous le faire savoir… C’est merveilleux ! Merci à tous les fans de KFM, je tâcherai de vous proposer des services qui vous satisferont ! Comme je l’ai expliqué sur mon blog, c’est terminé le temps des services « minimalistes » où le « rien » justifie le « tout ». Je souhaite satisfaire mes fans, c’est mon ultime priorité et nous serons très à l’écoute pour y arriver. Et merci AsieActu pour cette interview et à tous ses lecteurs !

Encore merci à Togen d’avoir pris du temps pour répondre à mes questions ! Vous pouvez écouter vos artistes Kpop préférés sur le site web de KFM !  Et restez connectés sur Asie Actu pour découvrir les réponses de Togen à vos questions dans la seconde partie de son interview !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *